Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
( 173 )


sur ses lèvres. L’obéissance était chez elle la soumission d’un coeur bon et simple; mais c’eût été la chose du monde la plus difficile que de la lui inspirer par la crainte : elle, qui n’aurait pas fait de mal à une mouche, ne pouvait pas s’imaginer que personne concût des sentimens de rancune et de méchanceté contre elle. Par caractère , elle n’était jamais dans le cas de disputer avec obstination contre les personnes sous la dépendance desquelles elle etait placée; et comme elle cédait sans hesiter, elle n’avait jamais eu de traitement sévère à éprouver. Les réprimandes de M. Tyrrel, au seul nom de Falkland, devenant plus marquées et plus constantes, miss Melville se tint davantage sur ses gardes. Elle s’arrêtait tout-à-coup quand elle se surprenait à dire des phrases à demi commencées à sa louange. Ce genre de précaution faisait nécessairement un très-mauvais effet, et c’était une satyre mordante de la faiblesse de son cousin.