Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
( 181 )

d’Ecossais qui a mangé jusqu’au dernier sou la fortune de ma tante Lucy, et qui vous a laissée sans pain. Vous avez en tout 100 liv. sterling, et le père de Grimes s’engage à lui en donner autant. Comment osez-vous ainsi regarder vos pareils du haut en bas ? »

— « Non, monsieur, non, je ne suis pas fière, assurément. Mais, en vérité, monsieur, il ne m’est pas possible d’aimer jamais M. Grimes..... je me trouve très-heureuse comme je suis; pourquoi irais-je me marier ? »

— « Finissez votre maudit caquet; Grimes sera ici cet après-midi, songez à vous bien comporter avec lui. Sans cela, il saura bien vous en faire ressouvenir, quand vous vous y attendrez le moins ».

— « Oh ! monsieur , je le vois bien à présent, vous ne parlez pas sérieusement, j’en suis sûre ».

— « Pas sérieusement ! Dieu me