Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il n’y aurait rien eu d’étonnant, qu’ayant tant d’occasions de la voir, et faisant le précepteur avec elle, comme je l’ai fait, je me fusse trouvé pris avant de m’en apercevoir, et qu’il se fût glissé dans mon cœur des sentimens que je n’aurais pas été le maître de vaincre. Je vous devais une réparation pour l’imprudence de ma conduite.

» Mais les lois de l’honneur sont extrêmement rigides, et il y avait à craindre qu’avec tout le désir que j’ai d’être votre ami, je ne me visse obligé d’être votre meurtrier. Heureusement que ma réputation en fait de courage est assez bien-établie pour que le refus que je fais de votre défi puisse m’exposer à rien de déshonorant ; et je regarde comme un bonheur extrême que vous m’ayez trouvé seul dans notre entrevue d’hier. Cette circonstance m’a rendu absolument le maître de l’affaire. Si l’a-