Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 41 )




CHAPITRE III.



Les premiers pas que fit M. Falkland pour l’exécution d’un projet vraisemblablement dicté par le devoir, furent l’époque où commença le cours de ses malheurs. Dans tout ce qui reste à raconter de son histoire, on verra une maligne destinée s’attachant sans relâche à le poursuivre ; une suite d’aventures qui prennent leur source dans des accidens différens, mais qui toutes paraissent se diriger vers un même terme. Elles l’ont accablé sous le poids de la douleur, et d’un genre de douleur tel, que de tous les hommes, il était le moins propre à le supporter ; cette coupe d’amertume a étendu plus loin que lui sa funeste influence; d’autres ont senti l’atteinte de ses poisons mortels : et de toutes les victimes qu’elle a