Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BRANDER.

Là, sans les pampres verts, voyez quel pied ! voyez quelle grappe !

(Il prend Siebel par le nez, les autres s’en font autant mutuellement, et lèvent les couteaux.)
MÉPHISTOPHÉLÈS, comme plus haut.

Maintenant, partons : c’est assez !
Sources de vin, riche vendange,
Illusions, disparaissez !…..
C’est ainsi qu’un diable se venge.

(Il disparaît avec Faust ; tous les compagnons lâchent prise.)
SIEBEL.

Qu’est-ce que c’est ?

ALTMAYER.

Quoi ?

FROSCH.

Tiens ! c’était donc ton nez !

BRANDER, à Siebel.

Et j’ai le tien dans la main !

ALTMAYER.

C’est un coup à vous rompre les mem-