Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De mes jours, je n’oublierai la rougeur de ses lèvres, l’éclat de ses joues ! comme elle baissait les yeux ; ah ! elle s’est profondément gravée dans mon cœur : comme elle s’est vite dégagée !… il y a de quoi me ravir !

MÉPHISTOPHÉLÈS s’avance.
FAUST.

Écoute, il faut me faire avoir la jeune fille.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Eh ! laquelle ?

FAUST.

Celle qui passait ici tout à l’heure.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Celle-là ! Elle sort de chez son confesseur, qui l’a absoute de tous ses péchés : je m’étais glissé tout contre sa place. C’est bien innocent ; elle va à confesse pour un rien ; je n’ai aucune prise sur elle.

FAUST.

Elle a pourtant plus de quatorze ans.