Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouble. Le berceau de la petite était la nuit près de mon lit, elle se remuait à peine que je m’éveillais ; tantôt il fallait la faire boire, tantôt placer près de moi. Tantôt, quand elle ne se taisait pas, la mettre au lit, et aller çà et là dans la chambre en la faisant danser. Et puis, de grand matin, il fallait aller au lavoir, ensuite aller au marché et revenir au foyer, et toujours ainsi, un jour comme l’autre. Avec une telle existence, monsieur, on n’est pas toujours réjoui, mais on en savoure mieux la nourriture et le repos.

(Ils passent.)
MARTHE.

Les pauvres femmes s’en trouvent mal pourtant ; il est difficile de corriger un célibataire.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Qu’il se présente une femme comme vous, c’est de quoi me rendre meilleur que je ne suis.