Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouvé dans ma marche quelque chose de hardi, d'inconvenant ? il a paru s’attaquer à moi comme s’il eût eu affaire à une fille de mauvaise vie. Je l’avouerai pourtant : je ne sais quoi commençait déjà à m’émouvoir à votre avantage ; mais certainement je me voulus bien du mal de n’avoir pu vous traiter plus défavorablement encore.

FAUST.

Douce amie !

MARGUERITE.

Laissez-moi....

(Elle cueille une marguerite et en arrache les pétales l’un après l’autre.)
FAUST.

Que veux-tu faire ? un bouquet ?

MARGUERITE.

Non, ce n’est qu’un jeu.

FAUST.

Comment ?