Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment versées dans sa boisson l’endormiront aisément d’un profond sommeil.

MARGUERITE.

Que ne fais-je pas pour toi ! Cela ne peut certainement lui nuire ?

FAUST.

Sans cela , te le conseillerais-je, ma bien-aimée ?

MARGUERITE.

Quand je te vois, mon cher ami, je ne sais quoi m’oblige à ne te rien refuser ; et j’ai déjà tant fait pour toi, qu’il ne me reste presque plus rien à faire.

(Elle sort.)
MÉPHISTOPHÉLÈS entre.

La brebis est-elle partie ?

FAUST.

Tu as encore espionné ?

MÉPHISTOPHÉLÈS.

J’ai appris tout en détail. Monsieur le