Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il prétend de la terre avoir tous les plaisirs,
Du ciel, les plus belles étoiles ;
Il veut de la nature arracher tous les voiles,
Mais rien ne peut là-bas contenter ses désirs.

LE SEIGNEUR.

Si, troublé comme il l’est, il me reste fidèle,
Je pourrai lui donner le bonheur qu’il appelle :
Dans l’arbrisseau qui commence à verdir,
Un jardinier, prudent et sage,
Voit les fleurs, les fruits, le feuillage,
Comme récompense à venir.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Gageons que des élus encor je le retranche,
Puisque vous y comptez si bien ;
Mais, sur le tems et le moyen,
Il faut me donner carte blanche.

LE SEIGNEUR.

Oui, je veux bien te le livrer
Aussi long-tems qu’il aura vie,
Car tout voyageur peut errer.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Monseigneur, je vous remercie.
Je n’aime point d’ailleurs avoir affaire aux morts ;
Pour eux toujours je suis dehors :