Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE PREMIER.

Non, frère ; je n’aime pas la gêne. Viens vite que nous ne perdions pas de vue le gibier. La main qui samedi tient un balai, est celle qui dimanche te caresse le mieux.

UN BOURGEOIS.

Non, le nouveau bourguemestre ne me revient pas : à présent que le voilà parvenu, il va devenir plus fier de jour en jour. Et que fait-il donc pour la ville ? Tout ne va-t-il pas de plus en plus mal ? Il faut obéir plus que jamais, et payer plus qu’avant.

UN MENDIANT chante.

Mes bons messieurs, mes belles dames,
Beaux de jeunesse et de fraîcheur,
Arrêtez-vous, et que vos ames
Compatissent à mon malheur.
À de bons cœurs comme les vôtres,
Bien faire cause un doux émoi,
Qu’un jour de fête pour tant d’autres,
Soit un jour de moisson pour moi !