Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tualité l’art qui lui fut transmis ! Si tu honores ton père, jeune homme, tu recevras volontiers ses instructions ; homme, si tu fais avancer la science, ton fils pourra aspirer à un but plus élevé.

FAUST.

Ô bienheureux qui peut encore espérer de surnager dans cet océan d’erreurs ! on use de ce qu’on ne sait point, et ce qu’on sait, on n’en peut faire aucun usage. Cependant ne troublons pas, par d’aussi sombres idées, le calme de ces belles heures ! Regarde comme les cabanes environnées de verdure étincellent des rayons du soleil couchant. Il se penche et s’éteint, le jour expire, mais il va porter autre part une nouvelle vie. Ô que n’ai-je des ailes pour m’élever de la terre, et m’élancer après lui, dans une clarté éternelle ! Je verrais dans le crépuscule tout un monde silencieux se dérouler à mes pieds, je verrais