Page:Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fais pas fi d'un pareil morceau. Que Dieu vous récompense d'avoir songé à moi!» Il déjeuna avec appétit, but de même et se dirigea avec ses parents vers le champ clos dans la plaine sablonneuse où devait avoir lieu le combat.