Page:Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RenardIc.JPG

Tous les seigneurs, et le roi lui-même, viendraient à perdre fortune et honneur, qu’il en rirait s’il y gagnait seulement un morceau de chapon gras. Que je vous raconte le tour qu’il a fait hier à Lampe le lièvre ; le voici devant vous, cet homme qui n’offensa jamais personne. Reineke joua le dévot et s’offrit à lui enseigner rapidement tous les chants d’église et tout ce que doit savoir un sacristain ; ils s’assirent en face l’un de l’autre et commencèrent le Credo. Mais Reineke ne pouvait pas renoncer à ses anciennes pratiques : au milieu de la paix proclamée par notre roi et malgré son sauf-conduit, il tint Lampe serré dans ses griffes et colleta astucieusement l’honnête homme. Je passais près de là ; j’entendis leur chant, qui, à peine commencé,