Page:Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


« Si je pouvais regagner, se disait-il, les bonnes grâces du roi et de la reine, et si en même temps je pouvais réussir à perdre les ennemis qui m'ont mis si près de la mort, je serais sauvé. Sûrement ce serait pour moi un avantage bien inattendu; mais, je le vois, il me faut dire bien des mensonges et gros comme des montagnes.»

La reine impatiente continua à interroger Reineke: «Apprenez-nous clairement comment la chose s'est passée! Dites la vérité, songez à votre conscience, délivrez votre âme!»

Reineke répondit: «Je ne demande pas mieux que de tout dire. Je m'en vais mourir; c'est irrémissible; ce serait de la folie à moi de charger ma conscience à la fin de ma vie et de m'attirer un châtiment éternel. Il vaut mieux tout avouer, et, si par malheur il me faut accuser mes parents et mes amis les plus chers, hélas! que puis-je faire? L'enfer est là qui me menace.»

Le roi, durant cet entretien, était devenu tout inquiet; il dit à Reineke: «Est-ce bien la vérité?»

Reineke lui répondit avec une attitude pleine de dissimulation: «Certes, je suis un grand pécheur; mais je dis la vérité. À quoi cela me servirait-il de vous mentir? Je me damnerais pour l'éternité. Vous le savez bien, il en a été décidé ainsi, il faut que je meure, je vois la mort devant moi et je ne mentirai pas; car rien en ce monde, bien ou mal, ne peut venir à mon secours.» Reineke prononça ces paroles en tremblant et parut désespéré.

Et la reine dit: «Sa détresse me touche; je vous en prie, monseigneur, regardez-le avec miséricorde et songez que par cette confession nous évitons plus d'un malheur; écoutons, le plus tôt possible, le fond de cette tristesse. Ordonnez le silence et qu'il parle devant tous.»