Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


née, c’est une croix qui se dressera sur son toit.

Terrifié, sans bouger de place, Pétrus écouta l’innocent enfant lui répéter les paroles de Pidarca.

— Et moi, malheureux, dit-il, qui pensais aller en Crimée et dans la Turquie pour batailler, amasser de l’or et revenir riche auprès de toi, ma beauté !… le sort, hélas ! en décide autrement. C’est un mauvais œil qui nous a jeté un sortilège. Eh bien ! moi aussi, ma colombe ! moi aussi, j’aurai une noce, seulement il n’y aura même pas de sacristain à mon mariage. Le corbeau noir croassera au-dessus de moi au lieu du pope ; le vaste champ sera ma demeure, le nuage gris sera mon toit, l’aigle, de son bec, videra mes yeux, la pluie lavera les os du Cosaque, le vent les sèchera ! Mais que dis-je là ? De qui me plaindre ? à qui me plaindre. Dieu l’a voulu ainsi, que cela soit !

Et droit, il s’en alla au cabaret.

Ma grand’tante fut un peu étonnée de voir Petrus dans le cabaret, surtout au moment où tout homme un peu rangé est à la messe