Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— En revanche, agis bien de ton côté ; marie-nous, et que l’on danse au point que pendant toute une année les jambes nous fassent mal.

— Bien ! voilà qui est bien ! dit Solopi en battant des mains, et je me revois aussi gai en ce moment, que si les Moscovites m’avaient enlevé ma vieille. Il n’y a plus à réfléchir, à tort ou à raison, aujourd’hui on se marie et tout est dit.

— Prends bien garde, Solopi, dans une heure je serai chez toi, car on t’attend pour acheter ta jument et ton blé.

— Comment ! est-ce qu’on aurait retrouvé la jument ?

— On l’a retrouvée.

Tcherevik demeurait immobile de joie en suivant des yeux Hirtzko qui s’éloignait.

— Eh bien ! Hirtzko, l’affaire a-t-elle été bien menée ? demanda le tzigane de haute taille au jeune homme qui pressait le pas ; les bœufs sont à moi, maintenant ?

— À toi ! à toi !