Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


n’avaient pas cessé. La bandoura à la main, se glissait loin des chanteurs le jeune Cosaque Levko, fils du bailli[1] du village.

Sur le Cosaque, un bonnet d’Astrakan. Le Cosaque s’avança de la rue, faisant résonner sous ses doigts les cordes de son instrument et battant la mesure avec tout son corps. Voilà qu’il s’arrête doucement devant la porte d’une khata[2] entourée de cerisiers nains. À qui cette khata ? À qui cette porte ? Après un court silence, il se mit à jouer et chanta :

Le soleil est bas et le soir est proche,
Viens auprès de moi, mon petit cœur.

— Mais sans doute ma belle aux yeux clairs s’est profondément endormie, dit le Cosaque, sa chanson finie en s’approchant de la fenêtre. — Haliou ![3] Haliou ! Dors-tu ou ne veux-tu pas venir vers moi ? Tu crains peut-être que quelqu’un ne nous aperçoive, ou peut-être ne veux-tu pas exposer au froid ton

  1. Littéralement la tête.
  2. L’izba russe, la chaumière.
  3. Diminutif de Hanna.