Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 181 —

pardi [1] il tant de son sens que tantost devint hons mortels qui tels fu devant son pechié que jamais mort n’eüst senti.

Et tuit fussiens en autretel point en joie, en soulaz, en deduit en paradis ter-[F° 114 c]restre trestouz ensamble et nez et norriz sanz nul pechié, et puis el ciel glorifiez [2]. Mais puis qu’il gousterent [3] du fruit que Diex leur avoit deveé, furent [4] ses sens si destruiz et si corrompuz [5] per [6] [* 1] son pechié que touz en fumes entechiez. Ne n’ot riens desouz [7] le firmament qui mains [8] n’en vaussist [9] que devant, neïs les estoiles en rendirent mains [10] de clarté que devant.

Ainsi empira de touz biens toute [11] riens [12] par le pechié d’Adan que Diex [13] [F° 114 d] ot fait naistre pour homme, comme cil qu’il voloit [14] faire maistre de toz [15] les biens qu’il avoit faiz. Mais tantost comme il se fu mesfaiz, se senti il si de ses sens desnuez et de sa biauté, que il li sambla que il fust [16] touz nuz, et que il eüst perduz [17] touz biens, comme homme qui est mis en essill. Et nequedant si li remaint il plus force et biauté et savoir que nus ne peüst onques avoir.

Et a ces ·iii· vertuz que il ot, ot li rois David, qui tant fu sages, ·iii· [F° 115 a] filz qui furent comparé a sa biauté et a son sens et a sa force. Li sages Salemons fu comparez [18] a son sens ; et sa biauté, a Absalon ; et sa force, a Sanson fortin. Ainsi furent ces ·iii· vertuz en Adan [19], et plus enquore. Car il les ot plus parfaitement que nus des ·iii· n’ot la seue vertu. Car il sot les ·vii· arz mieulz [20] que nus qui onques fust [21] en vie, comme cil a cui Diex les ot aprises. Puis furent quises par mainz autres qui orent grant [F° 115 b] painne de sauver [22] les, pour le deluge que il [23] sorent qui devoit avenir au monde par feu ou par yaue.

ix [a].
Comment l’en sauva les clergies pour le deluge.

Puis Adan furent maintes genz qui sorent le sens des ·vii· arz que Diex leur envoia en terre. Dont il en i ot aucun qui voudrent enquerre que li mondes devendroit, ne se il defineroit jamais.

Si trouverent tout vraiement que il devoit par ·ii· foiz fenir : A l’une

  1. — B : perdi.
  2. — A : gloirefuez ; B : glorifiez ; N : glorefiez.
  3. — B : gosterent.
  4. — B : si furent.
  5. — B : corrumpuz.
  6. — B : par.
  7. — B : desoz.
  8. — A : riens.
  9. — B : vausist.
  10. — B : mais.
  11. — B : toutes.
  12. — B : « riens » manque.
  13. — B : Dieux.
  14. — B : vouloit.
  15. — B : touz.
  16. — B : fu.
  17. — B : perdu.
  18. — B : comparé.
  19. — B : Adam.
  20. — B : miex.
  21. — B : fut.
  22. — B : savoir.
  23. — B : qu’il.
  1. * « Per » : cette forme se retrouve souvent dans le ms. A et est confirmée ; cf. note p. 66.
  1. [F° 115 b116 a = Vers 5297-5334.]