Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 182 —

foiz par feu ardant, a l’autre foiz [1] par le deluge d’yaue. Mais [F° 115 c] Nostre Sires ne voult a cele foiz que l’en seüst par lequel ce seroit avant, ou par yaue, ou par feu. Si orent adonques grant pitié des clergies qu’il sorent qui [2] ainsi peries seroient, se eles n’estoient garanties [3] par leur sens. Lors s’apenserent de grant bien, comme cil qui bien sorent que aps le premier finement seroient autres genz [4] enquores. Si firent faire granz colombes de pierre, si que [5] il peüssent poutraire et entailli-[F° 115 d]er en chascune pierre au mains l’une des ·vii· arz entierement, si que eles [6] fussent communes as autres. Dont aucun [7] dient que les unes de ces colombes furent d’une pierre si dure comme marbre, et de tele nature que yaue ne la pooit enpirier [8], ne croistre, ne amenuisier [9], d’une fort maniere de tieules [10] toutes entieres sanz nulles jointures, selonc la laitre [11] que feus ne puet maumetre de riens. En ces granz coulombes [F° 116 a] qu’il firent entaillierent les ·vii· arz, si que cil qui venissent aps euls [12] les trouvassent et les apreïssent [a].

  1. « Si trouverent... les apreïssent. » V. Introduction p. 48. Josèphe Antiq. Jud. I. 2. (Ἰουδαικῃ ἀρχαιολογία, Oxford, 1700). Gervaise de Tilbury Otia Imper. I. 20. (Leibnitz [Hanover, 1707, 2 vol.] vol. I p. 899) cite Josèphe comme source.
  1. — A et R : « par feu ardant, a l’autre foiz » manque.
  2. — B : que.
  3. — B : garanties n’estoient.
  4. — B : « genz » manque.
  5. — B : si granz que.
  6. — B : si que les.
  7. — B : aucuns.
  8. — B : empirier.
  9. — B : amenuissier.
  10. — B : tiulles.
  11. — B : leitre.
  12. — B : els.


x [a].
De ceuls qui troverent les clergies [1] après le deluge.

Ainsi sauverent les clergies cil a cui Nostre Sires les ot ensaingniées [2]. Et tant [3] que Diex envoia le deluge en terre qui tout noia, fors Noë qui en l’arche se mist, par cui li mondes fu refaiz. Lors commencierent a refaire leur maisons et leur autres afaires. Mais il les faisoient moult rude-[F° 116 b]ment, comme cil qui petit savoient, tant que les clergies [4] furent retrouvées. Si sorent mieulz [5] ce que bon leur estoit [6] a faire et de leur maus [7] trouver refuge.

Li premiers qui meïst sentence en [8] clergie après le deluge, et qui s’entremist du retrouver [9], ce fu Sem, uns [10] des filz Noë, qui son cuer ot atourné [11] a ce ; et tant i usa de [12] sa vie qu’il retrouva une partie d’astronomie par son sens. Et puis revint Sainz Abrahans qui en trouva grant par-[F° 116 c]tie [b]. Et puis furent autres qui i userent leur vies au mieulz

  1. — B : cels qui trouverent les clergies ; A : clerges.
  2. — B : ensaingnies.
  3. — A : « tant » manque.
  4. — A : clerges.
  5. — B : miex.
  6. — A : estoiz ; B : estoit cf. note p. 140.
  7. — B : mauls.
  8. — A : e ; « e » = en : forme isolée dans A. Nous corrigeons « en ».
  9. — B : trouver.
  10. — B : un.
  11. — B : atorné.
  12. — B : « de » manque.
  1. [F° 116 a | 117 c = Vers 5335-5424.]
  2. « Li premiers qui meïst... grant partie. » Josèphe Antiq. Jud. I, 2. V. Introduction p. 48.