Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 184 —

xi [a].
Des merveilles que Virgiles fist par astronomie.

[F° 117 d] Virgiles fu devant Jhesu Christ, qui ne tint pas les ·vii· arz a guile ; ains y usa toute sa vie, tant que par astronomie fist maintes granz merveilles.

Car il fist une mousche d’arain que, quant l’en la [1] metoit en une place, si en chaçoit toutes les autres, si que il n’en demoroit [2] nulles en la place, ne n’osoient aprochier près de lui de ·ii· archiées tout entour, ne ne pooient que eles ne morussent tantost tout maintenant que eles [F° 118 a] passoient la bonne que il avoit compassée [b].

Si refist ·i· cheval d’arain, qui garissoit de chascun mal les chevaus qui estoient malades, tout maintenant qu’il le regardoient [c].

Si fonda une moult grant cité desus ·i· oef par tele force et par tele poesté que quant aucuns remuoit [3] l’oef, toute la cité en croilloit ; et que plus fort le mouvoit on et plus forment croulloit la citez [d]. La ville et en haut et en plain, et la mousche et li chevaus que il [F° 118 b] fist d’arain, sont a Naples, et la cage ou l’oef [4] est, et les voit on la. Ce nous dient cil qui venuz en sont, qui les ont veüz moult de foiz.

Si fist le feu faillir en une cité, que nus n’en pooit point avoir, se il n’alumoit la chandoile a la naissance d’une fame. Et estoit cele fame fille d’empereür et grant dame. Car ele li avoit fait aucun anui. Ne cil qui le prenoit n’en pooit point donner a autre, ainz couvenoit que chascuns preïst feu la tout droit [F° 118 c] ou li premiers l’avoit pris. Et ainsi se vencha il de cele qui annui li avoit fait [e].

Et fist ·i· pont sus une yaue, la plus grant qui onques fust el monde ; ne sai ou de pierre ou de fust. Mais nus ouvriers, tant fust soustis, ne maçon ne charpentiers ne autres ouvriers nus ne seüssent encerchier tant, ne enquerre dedenz terre ne dedenz yaue, qu’il seüssent en quele maniere ne

  1. — B : le.
  2. — B : demorent.
  3. — B : remouvoit.
  4. — B : ou l’œuls est.
  1. [F° 117 c121 a = Vers 5425-5617.] V. Introduction p. 49 s.
  2. « Car il fist... qu’il avoit compassée. » Vincent de Beauvais, Spec. Hist. VI. 61. Conrad de Querfurt (ed. Borch. Dresden, 1880 p. 10). Jean de Salisbury, Polycrat (Migne Patrologia I. 199, col. 393) I. 4. Gervaise de Tilbury, Otia Imper. (vol. I, p. 963) III. 10. Chronica di Parthenope (citée par Du Méril. Mélanges archéologiques et littéraires. Paris, 1850, t. V p. 427).
  3. « Si refist... tout maintenant qu’il le regardoient. » Conrad de Querfurt (o. c. p. 10). Chronica di Parthenope XX (citée par Du Méril o. c).
  4. « Si fonda une moult... croulloit la citez. » Chronica di Parthenope XXXI (citée par Du Méril o. c.).
  5. « Si fist le feu faillir... qui annui li avoit fait. » Solin. Memorabilia (ed. Draudius [Francfort, 1603] p. 143.)