Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 39 —

La première région, c’est le Paradis terrestre dans lequel quatre fleuves ont leur source : le Phison, ou Gange ; le Gyon, ou Nil ; le Tigre et l’Euphrate.

La Genèse (II, 13) mentionne un fleuve Pison, mais rien ne nous prouve qu’il s’agisse du Gange. Flavius Josèphe dit que le Phison est nommé Gange par les Grecs. Ces deux noms sont aussi donnés par saint Ambroise [1] et par saint Augustin [2].

Ce Phison, dit Gossouin, sort du Mont Ortobares (l’Oscobares d’Orose [3], le premier qui fasse mention de cette montagne), traverse l’Inde et se jette dans la mer d’Occident.

Le Gyon ou Nil disparaît sous terre et ressort dans la longue mer qui entoure l’Éthiopie. Il se divise en sept branches, traverse l’Egypte, puis se jette dans la grant mer, le Mare Magnum d’Orose et d’Isidore, c’est-à-dire la Méditerranée.

L’Euphrate et le Tigre sortent du Mont Parthoacus [4] et se jettent dans la mer moyenne.

Après le Paradis vient l’Inde sur laquelle Gossouin donne beaucoup de détails. Nous relevons ici seulement les passages qu’il est à propos d’élucider.

Fo 51 C. — En Inde se trouve le mont Capien où Alexandre enferma une nation nommée Goz et Magoz. Ces gens dévorent la chair d’hommes et d’animaux toute crue.

Ce mythe vient d’Ezéchiel (c. 38, 39). En ossète Gog et Magog désignent deux massifs du Caucase. On appliqua ensuite ces deux mots aux populations scythiques de la mer Noire et de la mer Caspienne.

Sir John Maundeville, dont l’Image est une des sources principales, décrit cette nation qui, ajoute-t-il, appelle le mont Capien Uber [5]. Il s’agit là plutôt de la chaîne de l’Elbourz que du mont Elbrouz.

L’Inde est divisée en quatorze régions. Ce chiffre est évidemment une erreur : fo 60 A nous lisons « 33 régions », dans le manuscrit Arundel « 34 ». Orose, Gervaise de Tilbury et Honorius donnent « 44 »

Les monstres moitié bêtes, moitié hommes sont sans doute les Centaures d’Honorius [6], ou l’Hippocentaurus de saint Jérôme [7].

  1. Saint Ambroise, De Paradiso (Migne, Patrologia t. 14, col. 280) III.
  2. Saint Augustin, De Genesi ad litteram (Migne, Patrologia, t. 34) VIII, 7.
  3. Orose, Historiarum libri septem (Migne, Patrologia, t. 31) I, 2 : « Mons Oscobares, ubi Ganges fluvius oritur. »
  4. Orose, o. c. I. 2 : « Parchoatras, mons Armeniæ. »
  5. Sir John Maundeville, Voyages and Travels (Londres, 1886) ch. 26.
  6. Honorius, o. c. I, 12.
  7. Saint Jérôme, Vie de saint Paul (Migne, Patrologia, t. 23, col. 22).