Page:Gourmont - Sixtine, 1923.djvu/275

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

un arbre gigantesque dont les ramures et les ombres voilent le bois multiple qui s’étend derrière lui.

— Comment ! Baillot ici ! fit Passavant indigné.

— Que vous a-t-il donc fait ? demanda Calixte.

— Vous ne vous souvenez donc pas qu’il dénonça, comme clérical, Desnoyers, l’architecte du mont Saint-Michel ?

— J’ai vu, dit Hubert, ses restaurations, elles sont admirables. Quand les années en auront patiné l’éclat trop frais, ce seront des chefs-d’œuvres merveilleusement raccordés aux créations architecturales de l’ancien temps. Mais je crois que c’est justement parce qu’il est croyant qu’il a pu reconstituer, autant par amour que par science, d’aussi superbes témoins d’une époque chrétienne. Que voulez-vous, il fallait un Mécène et on a pris un cuistre !

Moscowitch, à ce moment, se trouva face à face avec Entragues. Le Russe eut un froncement de sourcils qu’un sourire, au même instant, atténua :

— Mon cher, je renonce pour le moment, à mes projets dramatiques. Cet hiver humide m’est défavorable, je vais aller passer quelques mois dans le Midi. Merci de vos excellents conseils, de tout genre. Ils m’ont servi au delà de vos espérances. »

Ce ton d’ironie hautaine déplut à Entragues, qui répondit :

— Prenez garde, Monsieur. Êtes-vous bien sûr d’en être à ce point où l’absence s’impose à tout bon calculateur ? Partez-vous avec la certitude de recevoir