Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/143

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


regret, nous ignorons toujours le remords. La passion, qui peut nous égarer un instant, nous laisse satisfaits, dès que nous lui avons obéi, et même quand notre désir n’a pu se réaliser entièrement, quand notre curiosité a dû s’arrêter à moitié chemin. Il nous reste alors d’avoir exercé contre un obstacle nos facultés d’activité ; nous ne tenons pas rancune à l’obstacle. Tels des enfants qui ont perdu la partie et qui sont, tout de même, bien contents d’avoir joué.

MOI

Il est vrai, l’homme veut gagner, toujours gagner et, vaincu, s’il ne souffre pas dans sa vanité, il souffre dans son orgueil.

LUI

Oui n’est pas un véritable orgueil. L’orgueil