Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cependant, je songeais à la femme qui avait revêtu la robe blanche aux broderies jaunes, qui avait chaussé les mules de maroquin bleu. Je la cherchai et ne la trouvai pas. Des bruits singuliers circulèrent, mis en chemin par les journalistes : M. Sandy Rose avait été étranglé par une femme, avec laquelle il avait passé la nuit. Elle était disparue à l’aube, emportant de l’argent, des bijoux. Je n’eus pas de peine à démontrer l’absurdité de cette hypothèse, d’abord, parce que nulle trace de violence n’avait été remarquée par nous sur le corps du défunt, ensuite parce que beaucoup de bijoux précieux furent retrouvés ainsi que, dans le tiroir au testament, non fermé à clef, une quantité de pièces d’or.

Peu à peu, le silence se fit autour de cette anecdote et je restai seul à y songer quelquefois.