Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il est certain que Sandy Rose est rentré chez lui le jeudi matin 8 février, vers neuf heures, accompagné d’une femme. Il prit son courrier : aucune lettre, aucun papier antérieurs à cette date n’a été retrouvé dans le paquet de dimanche. Il est encore certain qu’il est ressorti avec cette femme vers midi et qu’ils sont revenus vers huit heures, mais cette fois sans parler à la concierge, sans répondre à sa question : « Monsieur Sandy Rose, vous ne prenez donc pas votre courrier ? » Enfin, depuis ce moment, la concierge n’a revu personne, ni Sandy Rose, ni la dame, qu’elle ne connaissait pas, mais dont elle avait remarqué la toilette claire, presque blanche, dit-elle ; et elle ajoute : « J’en fus surprise à cause de la couleur. » Vendredi matin, elle frappa, à l’heure où elle a coutume de venir faire le ménage. Elle frappa