Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et je n’ai point encore touché leur main, effleuré leurs cheveux, que toute leur chair pleure de volupté. Si j’insiste, elles fondent comme une figue à mon soleil. Saveur douce et cruelle ! Si je me retire d’elles, elles meurent de douleur, et si je reste près de leur cœur, elles meurent d’amour.

MOI

Les mystiques ont dit quelque chose de cela.

LUI

Ils en ont montré quelque chose, mais enveloppé dans les herbes fades de leur piété.

MOI

Sainte Thérèse…

LUI

Elle a cru que je l’aimais passionnément.