Page:Gozlan - La Dame verte, 1872.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

— De tout perdre !

— Jusqu’à sa chemise !

— Jusqu’à ses bretelles !

C’est possible, me disais-je à part moi, mais je ne reviendrai pas sur ce qui est.

Les dés étaient jetés. Je me trompe, ils n’étaient pas encore jetés, car au moment où le banquier allait abandonner la bille, un joueur, placé près de lui, le prenant par le bras, lui dit : « Arrêtez ! »

— Pourquoi ? demanda le banquier étonné de cette licence.

— Parce que si le numéro sur lequel monsieur a mis cinq mille quatre cents francs vient à sortir, répondit le ponte en me désignant, il faudra que vous lui payiez trente-six fois sa mise, c’est-à-dire que vous lui comptiez cent quatre-vingt-quatorze mille quatre cents francs. Or, comme vous ne payez pas au delà de six mille francs, vous comprenez qu’il est inutile de laisser poser un enjeu aussi fort.

L’avis arrivait à propos ; seulement il ne venait pas du banquier qui, si j’avais gagné, ne m’aurait donné en effet que six mille francs, et qui, si j’avais perdu, devait ramener devant lui avec son râteau mes cinq mille quatre cents francs. Je ne laissai donc pour toute mise sur le tapis que trois cents francs que j’aventurai plus que jamais sur un seul numéro. Courons à l’événement.