Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 9, fascicule 1, n°41 - Le Livre d’Esther.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


8 INTRODUCTION. [138]

Fol. 83, r,1 A, 1 à I, 6 ;

r,- 2 I, 6 à II, 4 ;

V, 1 II, 4 à III, 1 ;

V, 2 III, 1 à B, 5 ;

Fol. 84, r, 1 VI, 5 à VII, 10 ;

r, 2 VIII, à E, 4 ;

V, 1 E, 4 à E, 24 ;

V, 2 E, 24 ; VIII, 13-17 ; IX, 1-19 ;

Fol. 85, r, 1 B, 5 à IV, 7 ; C, 10-21 ;

r, 2 IV, 7 à G, 5 ;

V, 1 C, 5-10 ; D, 3à, 3 ;

V, 2 V, 3 à VI, 2 ; G, 21 à D, 3 ; VI, 2-5 ; Fol. 86, r, 1 IX, 19 à X, 1 ;

r, 2 X,1 à X, 11.

La copie semble avoir été transcrite d’un livre très ancien, mais avec peu de soin ; il y manque des lettres et même des mots ; mais elle a été corrigée par un lettré abyssin, qui a modifié les signes des voyelles, a gratté des lettres et des mots, y en a écrit d’autres, et a ajouté dans les interlignes et dans les marges les mots qui manquaient. L’écriture des corrections, d’une main différente de celle qui a écrit le manuscrit, est plus petite, plus cursive et moins soignée que celle du manuscrit.

Cette copie n’est pas divisée en sections ou chapitres.

Manuscrit Orient. 489 du Musée Britannique. — Le manuscrit Orient. 489 du Musée Britannique est un codex de parchemin, de 142 feuillets, qui ont 0m,356 de hauteur et 0m,318 de largeur. La copie du Livre d’Esther est contenue dans les feuillets cotés 115 à 119. Dans cette partie du manuscrit, les pages ont trois colonnes de 37 à 40 lignes, et chaque ligne a, en moyenne, 15 lettres.

La copie n’a pas de titre ; le texte commence à la 1re ligne de la deuxième colonne de la page verso du fol. 115, et finit à la 12e ligne de la première colonne de la page verso du fol. 119. Ce manuscrit a été écrit dans la dernière année du règne de Asma Giyorgis ou Bakafa, et la première année du règne de son successeur Iyasu II (7223 M — 1730-1731 J.-C.), par un certain Kirqos (Cyriaque), pour un certain Isaiyah (Isaïe).

La copie semble avoir été transcrite d’un livre très ancien, mais elle a été corrigée, et l’orthographe a été modifiée.

Titre du livre. — Le Livre d’Esther est désigné dans les manuscrits éthiopiens quelquefois par * hil’bC * ’[1], d’autres fois par : yic * H

  1. Lazarus Goldschmidt, Die Abessinischen Handschriften der Stadtbihliothek zu Frankfurt am Main, Berlin, 1897, p. 21.