Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Puis, l’image s’effaça, le cercle lumineux se resserra, et finalement, disparut, la lumière inonda la salle à nouveau.

— Hein ! fit Nono, s’adressant à Mab, tu as vu papa et maman ?

— Oui, et aussi ma sœur May qui jouait avec Pussy [1] notre petit chat noir et blanc qui est si joli.

— Mais non, je te parle de mon père et de ma mère à moi.

— Ah, j’oubliais, fît Mab en riant, je ne sais pas comment cela se fait, il n’y a qu’une image sur la toile, mais chacun de nous y voit ceux qu’il aime, et rien autre.

— Oui, c’est une drôle de lanterne magique, fit Hans. Toi, tu as vu tes parents, moi j’y ai vu les miens, Mab, les siens, chacun de nous tous ici, de même, sans rien voir de ce que les autres y voyaient. »

Nono n’en revenait pas, mais habitué, en cette journée, à voir des choses plus extraordi-

  1. Nom de que l’on donne aux chats en Angleterre. Se prononce Poussy.