Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


montrant à Nono, dans une fleur qu’elle avait cueillie, les organes qu’elle nommait, Sacha jetait des regards d’admiration sur la guirlande que portait Mab et sur celle que Nono avait à son bras.

— C’est pour toi, fit Nono en la lui posant sur la tête.

Sacha fut non moins enthousiasmée que Mab et Biquette. À ses amies qui étaient accourues, Nono dut également promettre de leur en apprendre la fabrication.

Ce fut un véritable succès ; pendant huit jours, à Autonomie, on ne pensa plus qu’à fabriquer des guirlandes. Les prés, à la fin, ne fournissant plus assez de fleurs, les jardins furent quelque peu pillés, et je ne sais pas si les serres auraient été épargnées, si un jeu nouveau n'était venu opérer une diversion, faisant abandonner les guirlandes.

Mais avec tout cela, l’heure du déjeuner était venue. Les tables furent servies encore au dehors, sur l’esplanade, car il faisait un temps superbe.