Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La réconciliation faite, la gaîté reparut parmi tout ce petit monde qu'avait attristé la dispute, et le repas continua plus gaiment qu’il n’avait commencé. Jamais Labor n‘avait semblé aussi avenant.

Solidaria semblait lui sourire, lorsque Nono la regardait.

Comme tout le monde était fatigué, Amorata, sitôt levés de table, leur donna des nouvelles de leurs familles, puis on alla se coucher.

Mais, quoique sa réconciliation avec Riri l’eût un peu soulagé, Nono était encore mécontent de ne pas avoir dit la vérité. Il dormit mal et eut le cauchemar.

Tantôt il était en querelle avec ses amis et ceux-ci le chassaient honteusement d’Autonomie. Ensuite, c'était le sphinx tête de mort qui, sous les traits du gros monsieur, venait se poser sur sa poitrine, lui montrant une foule de belles choses qui lui glissaient des doigts lorsqu’il voulait les saisir, et devenait si lourd, si lourd, que Nono suffoqué perdait la respiration, se sentant aplati, avec la sensation