Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



de côté et il deviendra bientôt aussi grand que la canne d’où je l’ai arraché. »

Nono mit le précieux bourgeon dans sa poche.

Monnaïus le prit par la main, lui disant :

— Eh bien ! c’est dit, tu viens avec moi ? Allons trouver Solidaria qui, certainement, te donnera la permission.

— Je croyais que tu voulais voir Labor ? fit Nono qu'un reste de raison soutenait encore.

— Pendant que nous causions, il est parti avec tes camarades, fit Monnaïus, en mettant sa baguette d’or entre le champ où travaillait Labor et la vue de sa victime. »

Avisant un escargot qui se prélassait sur l‘herbe, il le toucha de sa baguette, le transformant en un char enlevé par deux énormes chauve-souris de l‘espèce vampire ; puis il poussa vivement Nono dedans, y monta à côté de lui, et les chauves-souris s’envolèrent dans la direction d'Argyrocratie.

— Solidaria ! Liberta ! » ne put s’empêcher d’appeler Nono, malgré l’état de somno-