Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lence dans lequel il se trouvait, en se sentant enlever.

Mais, quoique faible, cet appel instinctif de son protégé était allé frapper douloureusement Solidaria au cœur. Levant les yeux au ciel, elle vit le char de Monnaïus.

— Vite ! vite ! fit-elle à Électricia, il nous faut arracher notre protégé des serres de Monnaïus ; va, vole, et arrête son char. »

Plus rapide que la pensée, Électricia avait prit la forme d‘un éclair qui illumina tout le ciel et alla foudroyer dans leur vol les deux horribles bêtes qui emportaient Nono et son ravisseur.

Mais, hélas, si rapide qu’elle eût fait, le char était déjà sorti des limites d’Autonomie, et Solidaria n’avait de puissance que là où elle était connue et respectée.

Monnaïus, se voyant près de ses États, changea son char en parachute qui le descendit tout doucement à terre, pendant que Nono s’était instinctivement agrippé à un cordage.

Tous deux tombèrent au bord d‘un ruisseau