Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ton, exécuta cependant ce qui lui était ordonné, contemplant la figure de plus en plus cruelle du Labor qui l’attendait au rivage opposé. Mais il attribuait ce changement de physionomie au mécontentement qu’éprouvait son ami de le voir quitter Autonomie sans le prévenir, et se promettait de l’apaiser en lui racontant tout ce qui lui était arrivé.

Ils étaient près d’atteindre le rivage, lorsque la barque venant frapper contre un obstacle, s’ouvrit en deux, coulant à fond. Mais Monnaïus eut vite fait de gagner la rive.

Cet obstacle, c’était Solidaria qui venait de le susciter, espérant, à la faveur du naufrage, se ressaisir de son protégé.

Et, de fait, nageant vigoureusement, elle s’approchait de Nono que la naïade maintenait au-dessus de l’eau. Elle allait le saisir, lorsque Monnaïus étendit sa baguette, et Nono, comme attiré par un puissant aimant, glissa dans la direction de la baguette, échappant à l’étreinte de Solidaria qui ne pouvait aborder sur les États de Monnaïus.