Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIII


L’ACCORDÉON ENCHANTÉ



Lorsqu’il atteignit la rive, Nono tout trempé dut se déshabiller et étendre ses habits au soleil pour les sécher.

Monnaïus, Solidaria, Labor, tous avaient disparu. Il se trouvait seul au milieu d’une grande plaine désolée. Il lui était impossible de se rendre compte où se trouvait Autonomie. À présent que l’engourdissement causé par