Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poussant Nono du coude, Labor ! une corbeille pour le nouveau.

— Ah ! c'est toi que Solidaria a pris sous sa protection, fit Labor. Approche, mon garçon. Je vois que tu t'es déjà fait des amis. Crois-tu que tu te plairas ici ?

— Je crois que oui, fit Nono en prenant la corbeille et le sécateur que lui tendait Labor.

— Moi, j'en suis certain. Va avec tes camarades qui t'attendent. Ils t'apprendront ce qu'il faut faire. »

La distribution des corbeilles terminée, les jeunes espiègles s'étaient divisés par groupes, se répandant dans le verger qui attenait à la pelouse dont il était séparé par des murs soutenant des treilles aux fruits dorés, et toutes sortes d'arbres à fruits.

— Viens, fit Sacha, les autres sont partis avec Liberta, ils vont traire les vaches. Moi j'aime bien le lait, mais ça ne m'amuse pas d'être derrière les vaches, j'ai toujours peur qu'elles m'envoient quelque coup de pied. C'est plus amusant de grimper sur les arbres.