Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


barres fixes. C’était la fée Électricia, autre compagne de Labor, qui s’était chargée de l’éclairage de la salle. Et elle avait fait magnifiquement les choses. D’énormes lampes, du haut des pylônes auxquelles elles étaient suspendues, versaient une lumière d’un blanc légèrement bleuté comme un rayon lunaire. On y voyait clair comme en plein jour.

— Bon ; voilà qui va bien, fit Labor, après s’être assuré de la solidité des amarres des trapèzes et des barres. Nos artistes peuvent venir, nous sommes prêts à les recevoir.

— Et voici une collation qu’on leur a préparée, » fit Solidaria, en soulevant la portière qui cachait l’entrée d‘une autre tente formant un élégant salon où pouvaient se tenir les artistes. Petit réduit arrangé avec goût, qu’ornaient toutes sortes de fleurs fournies par les parterres d’Autonomie.

— Alors, tout est en ordre, commençons à prendre nos places, fit Labor.

Électricia peut avertir les artistes que leur salle est prête, ajouta Solidaria.