Page:Grotius - Le Droit de la guerre et de la paix, tome premier, trad. Pradier-Fodéré, 1867.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


AVANT-PROPOS

Peu d’ouvrages ont été plus célèbres que le traité du Droit de la Guerre et de la Paix de Hugo Grotius ; peu de livres ont été plus fréquemment cités, non-seulement dans les siècles qui ont précédé le nôtre, mais encore par les publicistes du XIXe siècle. Et cependant, je ne craindrai pas de le dire, Grotius n’a point encore été lu par des lecteurs français. A l’exception des savants qui l’ont étudié dans son texte latin, la plupart des auteurs qui ont écrit sur la philosophie politique ou sur le droit des gens, n’ont reproduit sa pensée que d’après Bar- beyrac, c’est-à-dire d’après un calque, et non d’après une traduction. Bien que la lecture de l’original latin soit d’un grand attrait, l’usage de lire et de citer Grotius dans la paraphrase que Barbeyrac en a faite a prévalu généralement, et il en est résulté que le traité du Droit de la Guerre et de la Paix a été le livre le plus cité, et le moins connu.

La traduction de M. de Courtin, publiée au XVIIe siècle, avait du moins le mérite d’une assez suffisante