Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TROISIÈME VOLUME 1920-1928 111 l’abbé Groulx, c’est la vie ». Ce serait aussi « sa clarté et sa con¬ cision dans le maniement des faits, son aisance dans l’expression des idées générales ». Asselin terminait par un jugement d’en¬ semble qu’avant ou après mes conférences, en guise de présenta¬ tion ou de remerciement, on m’a tant de fois servi et resservi qu’on me dispensera de le répéter ici: jugement, au surplus qui, de la part d’Asselin, m’a toujours paru inspiré par une secrète et trop bienveillante amitié. De cette courageuse intervention, l’ai-je suffisamment remercié ? Je crois qu’il n’en était pas très assuré. Sur un exemplaire de sa conférence mise en brochure par l’Action française, il m’écrivait cette dédicace: A Monsr l’abbé Groulx, avec les respectueux hommages d’un critique d’occasion qui, encore aujourd’hui, n’est pas sûr de lui avoir fait grand plaisir, mais qui n’en a pas moins voulu expri¬ mer dans ce travail son admiration pour son talent, son courage moral et sa parfaite probité. 31/8/23.\tOl.\tAsselin Un peu gêné par les compliments du conférencier et par la violence de quelques-unes de ses attaques, en particulier contre Bourassa qui, en ce temps-là, n’avait pas encore rompu avec ses amis, peut-être n’aurai-je remercié ce pauvre Asselin qu’avec trop de réserve. C’est qu’il tenait singulièrement à sa brochure. En fait, son œuvre de journaliste n’ayant jamais été réunie, si ce n’est quelques brochurettes d’occasion, sa brochure sur L’Oeuvre de l’abbé Groulx contient, à vrai dire, la seule étude d’envergure que ce maître de la prose, chez nous, nous ait laissée. B tenait si fort à cet essai de critique littéraire qu’en 1929, il le faisait réimprimer en France, avec, en frontispice, son portrait par Henri Martin. Le tirage fixé à 423 exemplaires se répartissait ainsi: 8 sur japon impérial, 15 sur vélin pur fil des anciennes manufactures royales de Vidalon, 400 sur vergé Montgolfier d’Annonay. L’au¬ teur m’adressait le no 5 sur japon impérial avec cette dédicace: A M. l’abbé Groulx, en témoignage d’admiration et. qui plus est, d’estime. Olivar Asselin Montréal, 20 novembre 1930.