Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TROISIÈME VOLUME 1920-1928 157 pareille circonstance. Mais vous l’avez fait avec tant de finesse et de si bon cœur que, ma foi ! on croirait que c’est arrivé com¬ me ça. En fait, c’est arrivé comme ça a pu, et si dans l’expres¬ sion même de ma reconnaissance je pouvais me permettre un reproche, ce serait d’avoir oublié de dire, de vous être arrangé même pour que personne ne soupçonne que, ce qui est arrivé de bien, c’est en grande partie à vous, à vos conseils, à votre bienveillance, à votre grand exemple, qu’il faut l’attribuer. Mal¬ gré votre silence, personne pourtant ne l’ignore. Je le dis en toute simplicité et avec d’autant plus de conviction que je ne suis pas le seul à vous devoir le meilleur de sa carrière. Cela vous consolera peut-être de tant d'autres qui, pour se venger d’avoir eux-mêmes dévié, vous blâment d’avoir avec détermi¬ nation suivi la voie droite et ascendante et d’y avoir obstiné¬ ment convié vos compatriotes. Veuillez agréer, cher monsieur le Chanoine, l’expression de ma très grande et très vive reconnaissance. Es. Minville Léo-Paul Desrosiers 100 Un jour de 1918 — je ne puis établir au juste à quelle date — je recevais une lettre, non signée, d’une écriture féminine. Cette lettre me disait à peu près ceci: « Un jeune homme, étudiant en droit, désirerait grandement vous connaître. Il a besoin de di¬ rection. C’est un fervent de vos conférences d’histoire. Il vous serait facile de l’aborder. Il fréquente assidûment la Bibliothèque Saint-Sulpice. Il prend place autour d’une table qui est à quelques pas de l’endroit où vous-même travaillez. Il s’appelle: Léo-Paul Desrosiers. » De qui était cette lettre ? Me venait-elle de Mlle Michelle Le Normand, la future Mme Desrosiers ? Plus tard je l’ai fortement soupçonné. Vers le même temps, l’abbé Emile Chartier me remet une composition que lui a apportée un étudiant. « Il s’agit d’histoire, me dit-il; j’ai pensé qu’elle était destinée à vous plus qu’à moi. » Je lis ce travail. Il y est question d’un fait historique alors très controversé parmi les historiens canadiens: « L’expulsion 100.\tDécédé quelques semaines avant le chanoine Groulx, en 1967. Voir la note 71 du deuxième volume.