Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 293 minaire de Québec. La défection la plus surprenante sera celle d’Olivar Asselin qui, m’écrit Perrault, « après avoir poussé sur nous pour tenir cette enquête, refuse de faire l’article promis sur les obstacles d’ordre économique. Il me donne, dans sa lettre, comme unique raison de son refus tardif, que 4 lui aussi devient prudent ’. » Enfin la revue réussit à mettre en ligne une liste in¬ téressante de collaborateurs. Je transcris leurs noms et le sujet d’article pour chacun: Notre avenir politique La direction [Abbé Lionel Groulx]: Notre avenir politique Abbé Arthur Robert: Aspirations du Canada français: fonde¬ ment philosophique Louis-D. Durand 84 : La croisée des chemins Abbé Philippe Perrier: L’Etat français et sa valeur d’idéal pour nous Emile Bruchési: L’Etat français et l’Amérique latine Anatole Vanier: L’Etat français et les Etats-Unis J.-M.-Rodrigue Villeneuve, o.m.i.: Et nos frères de la dispersion ? Georges Pelletier: Les obstacles économiques à l’indépendance du Canada français Marie-Ceslas Forest, o.p.: La préparation intellectuelle Joseph Bruchard [Alexandre Dugré, s.j.J : Le Canada français et les étrangers Antonio Perrault: Le sens national Abbé Lionel Groulx: Conclusion (L’Action française, vol. VII-VIII) Quels motifs m’ont déterminé à jeter mes collègues de la Ligue dans l’étude d’un si grave problème ? Il ne peut m’échap¬ per que je risque de soulever dans le public des remous de toute sorte. A l’occasion d’un retour sur les premières enquêtes de l’Action française, Anatole Vanier attribue les deux fins que voici à celle de 1922: « coordination de nos forces nationales, fixation dans les esprits d’un concept politique qui pourrait de¬ venir infiniment précieux dans l’hypothèse d’une dislocation brus¬ (1927-1931, 1935-1938); sous-directeur (1926), directeur (1928) de l’Ecole supérieure de philosophie; doyen de la Faculté de philosophie (1935) et recteur de l’Université Laval (1938-1939); il occupe aussi les postes de secrétaire (1921-1924) et de directeur du Canada français (1924-1931). Auteur de quelques volumes de philosophie et d'apologétique. 84.\tLouis-D. Durand, voir la note 34 du troisième volume.