Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


318 MES MÉMOIRES nadiens français de l’Ouest, de l’Ontario, Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre viendront chercher, un jour ou l’autre, dans les vingt volumes de L’Action française — et ce sera notre plus beau mérite — de larges tranches de leur histoire. Au ser¬ vice de la minorité ontarienne et des Franco-Américains, la revue aura même ses chroniqueurs attitrés: le Père Georges Simard, o.m.i. (Aurèle Gauthier) flT, d’Ottawa, l’abbé Duplessis (Charles Dollard) 98, pour les Franco-Américains. Le directeur de L’Ac¬ tion française, en tournée de conférences dans la région de Kent et Essex, publie une relation de son voyage (XI: 297-309). Il fait de même, en 1928, lors d’un séjour au Manitoba (XX: 35-48). Au cours de l’enquête sur « Notre avenir politique », le Père Rodrigue Villeneuve, o.m.i., s’applique à rassurer nos minorités. Un Etat français libre, indépendant, d’un prestige accru, loin d’abandonner les frères de la diaspora, soutient-il, ne pourrait que hisser plus haut le devoir de l’entraide et l’accomplir plus efficacement. Lors d’un dîner offert à Mgr Prud’homme ", évê¬ que de Prince-Albert, Antonio Perrault reprend le même thème, et avec quelle vigoureuse insistance: Ces préoccupations [celles de « Notre avenir politique »] ne nous détournent pas de l’accomplissement des devoirs que nous nous reconnaissons à l’égard de nos frères de l’Ouest. Personne plus que L’Action française n’a proclamé la nécessité d’une solidarité religieuse et nationale entre tous les Canadiens fran¬ çais, qu’ils vivent ici dans le Québec, dans l’Ouest canadien ou aux Etats-Unis. Personne plus que L'Action française ne s’est efforcé de pratiquer la fraternité avec les autres groupes de notre race... (XI: 184). Avec quelle joie je célébrerai moi-même la victoire des Fran- co-Ontariens. Contre ceux qui déjà s’apprêtent à s’attribuer le mérite de cette victoire, je rends justice à qui de droit: Il nous reste à féliciter les Franco-Ontariens de l’heureuse for¬ tune qui s’annonce pour eux. Ils l’auront chèrement achetée. 97. Georges Simard, voir la note 91 du deuxième volume. 98. Adélard Duplessis (1870-1948), ptre; vicaire; aumônier (1898¬ 1932); o.m.i. (1911); curé-fondateur de Mont-Rolland (1919-1920); retiré (1932-1948). 99. Joseph-Henri Prud’homme, voir la note 36 du troisième volume.