Page:Guiard - Virgile et Victor Hugo, 1910.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIRGILE ET VICTOR HUGO

———

CHAPITRE PREMIER

Virgile dans l’éducation de Victor Hugo.

SOMMAIRE : Première rencontre de Virgile et de Victor Hugo. — Premiers essais de traduction en vers. — Travail de nuit et travail de jour. — Complicité du Maître d’Études. — Comment Victor Hugo traduit Virgile. — Conditions d’une bonne traduction en vers d’après Barthélémy et Delille. — Cacus. — Fidélité : Suppressions et amplifications. Inexactitudes. Résumés. Vers chevilles. — Coloris : adoucissements, ennoblissements. — Noms propres. — Harmonie : Facture du vers et rhythme de la phrase. — Destinée de Cacus dans l’œuvre de Victor Hugo. — Virgile et Tibulle. — L’influence de Didon. — Victor Hugo rival de Delille. — Le vieillard du Galèse. — Un texte virgilien difficile à faire admettre au Français. — Le goût de Hugo pour les êtres horribles. — L’antre des Cyclopes. — Le rhythme des marteaux. — La foudre de Jupiter. — Son influence sur l’œuvre de Hugo. — Achéménide : vocabulaire, langue, style, harmonie. — Progrès de Victor Hugo : finesse psychologiqae, sensibilité, réalisme, variété de tons. — Conclusion.


Dans une pièce célèbre des Rayons et des Ombres, Victor Hugo a raconté ce qui se passait aux Feuillantines vers 1813. Le principal d’un Collège quelconque vint rappeler à sa mère,


Qu’une lampe pendue à de sombres plafonds,

Qui de cent écoliers guide la plume agile,
Éclairait mieux Horace et Catulle et Virgile,
Et versait à l’esprit des rayons bien meilleurs

Que le soleil qui joue à travers l’arbre en fleurs.


Ce discours ne put l’emporter sur les douces supplications du Jardin, et l’enfant dut à cette tendresse, quelque peu romanesque, de pouvoir mêler dans son éducation, aux