Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De la Viez-Tieſſeranderie[1]
Alai droit en l’Eſculerie[2],
Et en la rue de Chartron[3],
Où mainte dame en chartre ont
Tenu maint vit, par ſaint Norier.
En la rue du Franc-Monrier[4]

  1. De la rue de Chartron à la rue de la Poterie.

    Cette rue, nommée plus tard de la Tixeranderie, devait son nom aux tisserands qui l’habitaient. Elle a été supprimée pour le percement de la rue de Rivoli.

  2. Située rue de la Viez-Tiesseranderie,

    Elle devint successivement rue de la Violette, rue des Juifs, ruelle Barentin, puis, enfin, impasse Saint-Faron, du nom des abbés de Saint-Faron, qui y avaient leur hôtel. Cette rue, devenue un véritable cul-de-sac, n’existe plus aujourd’hui.

  3. De la rue de la Viez-Tiesseranderie à la rue de la Verrerie.

    Cette rue, habitée par des filles publiques, ainsi que l’indiquent les vers suivants, devint plus tard la rue des Mauvais-Garçons, nom qu’elle tenait des bandits qui désolèrent Paris pendant la captivité de François Ier.

  4. De la rue de la Verrerie à la rue de la Bretonnerie.

    Devenue plus tard rue du Morier, et ruelle des-