Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De là entrai premièrement
Trouvai la rue As Eſcrivains[1] ;
De cheminer ne fu pas vains
En la petite ruelete
Saint-Sevrin[2] ; mainte meſchinete
Si louent ſouvent & menu
Et ſont batre le trou velu
Des ſeſſeriaus, que que nus die.
En la rue Erembourc de Brie[3]

    rue Saint-Jacques, et enfin celui de rue Saint-Jacques lui furent donnés en raison de la chapelle Saint-Jacques, érigée en 1218 par les Dominicains frères Prêcheurs.

  1. De la Grant-rue à la rue de la Harpe.

    Cette rue prit en 1387 la dénomination de rue de la Parcheminerie, qu’elle a gardée depuis.

  2. De la rue Saint-Sevring à la rue As Escrivains.

    Au quinzième siècle, cette voie devint la ruelle de l’Archiprêtre, parce que le curé de Saint-Severin y demeurait ; plus tard ce fut la ruelle aux Prêtres, et enfin la rue des Prêtres-Saint-Severin. Elle a été réunie à la rue Boutebrie.

  3. De la rue As Escrivains à la rue o Fain.

    En 1573, cette rue devint la rue des Enlumineurs, car les enlumineurs jurés de l’Université y avaient fixé leur demeure ; le nom de Boutebrie que cette