Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Bonne taverne achiez ovri.
La rue de la Pomme[1] aſſez toſt
Trouvai, & puis aprèz tantoſt
Ce fu la rue as Oubloiers[2] ;
La maint Guillebert a braies :
Marcé-Palu[3], la Juerie[4],

  1. De la grant-rue Saint-Christofle à la rue as Oubloiers.

    C’était probablement la rue des Trois-Canettes, qui a été appelée plus tard rue de la Pomme-Rouge. Elle n’existe plus aujourd’hui.

  2. De la rue du Marmouset à la grant-rue Saint-Christofle.

    Autrefois, on la nommait rue du Chevet de la Magdeleine, parce qu’elle passait derrière l’église de ce nom. Le nom qu’elle portait à l’époque de Guillot lui venait des pâtissiers ou marchands d’oublies qui l’habitaient. La dénomination de la Licorne, quelle a gardée depuis 1397 jusqu’à sa disparition, lui venait d’une enseigne.

  3. De la grant-rue Saint-Christofle au Petit-Pont.

    Ce nom lui vient d’un marché situé sur cet emplacement qui était fort humide. C’est actuellement une section de la rue de la Cité.

  4. De la rue du Marmouset à la grant-rue Saint Christofle

    Elle était habitée autrefois par des juifs, d’où