Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ving en la rue Thibaut-à-Dez.[1]
Un hons trouvai en ribaudez :
En la rue de Béthiſi[2]
Entré, ne fu pas éthiſi :
Aſſez toſt trouvai Tirechape[3] ;
N’ai garde que rue m’eſchape
Que je ne ſache bien nommer,
Par non ſanz nule meſnommer,

    et Guillaume-Bourdon, d’où on a fait depuis rue des Bourdonnais.

  1. De la rue Saint-Germain à Couroiers à la rue Guillaume-Porée.

    Cette rue, dont le nom s’est écrit aussi Thibaut-Audet, vient-il d’un particulier de ce nom ou d’un individu qui tenait une maison de jeu ? La question, discutée par Sauval, n’est pas encore résolue. Cette voie publique a été réunie depuis à la rue des Bourdonnais.

  2. De la rue Thibaut-à-Dez à la rue O Serf.

    Appelée aussi rue de la Charpenterie, elle a été absorbée par le percement de la rue de Rivoli.

  3. De la rue de Béthisi à la rue Chastiau-Festu.

    Le nom de cette rue venait de ce que les Juifs qui l’habitaient tiraient par leur chape les passants, pour les engager à acheter leur marchandise. Elle a été supprimée pour le percement de la rue du Pont-Neuf.