Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sanz paſſer guichet ne poſtis.
En la rue o Quains de Pontis[1]
Fis un chapia de violete ;
La rue o Serf[2] & Gloriete[3],
Et la rue de l’Arbre-Sel[4]
Qui deſcent ſus un biau ruiſſel,
Trouvai, & puis Col-de-Bacon[5],
Où l’en a trafarcié maint con.

  1. De la rue o Serf à la rue de l’Arbre-Sel.

    Cette rue, dont le nom signifie probablement rue au Comte-de-Ponthieu, a été réunie plus tard à la rue de Béthisy.

  2. De la rue Saint-Germain à Couroiers à la rue de Béthisi.

    Le nom de la Monnaie lui fut donné, au siècle suivant parce que l’Hôtel des Monnaies s’y trouvait.

  3. De la rue o Serf à la rue de l’Arbre-Sel.

    Ce nom lui a été donné par abréviation du nom primitif de Dame-Gloriette. Plus tard elle devint rue Baillet, parce que Jean Baillet, trésorier de Charles V, y avait une habitation.

  4. De la rue de l’Escole à la rue Crois-de-Tirouer,

    Ce nom est sans doute une corruption du mot Arbrissel. Actuellement, c’est la rue de l’Arbre-Sec.

  5. De la rue de l’Arbre-Sel au Fossé-Saint-Germain.

    Cette rue a formé l’Impasse-Courbaton et l’Impasse-