Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Par la rue à Chavetiers[1] tins
Ma voie en rue de l’Eſtable
Du Cloiftre[2], qui eſt honeſtable
De Saint-Meſri, en Baillehoe,[3]
Où je trouvai plenté de boé,
Et une rue de renon,
Rue Neuve-Saint-Meſri[4] a non.
Tantoſt trouvai la Cour Robert
De Paris[5] ; mes par ſaint Lambert !

  1. De la rue la Verrerie à la rue Neuve-St.-Mesri.

    C’était probablement une rue parallèle à la rue du Renard.

  2. Dans la rue Baillehoe.

    On la nomma, plus tard, rue Taille-Pain, parce qu’une distribution de pains se faisait en cet endroit aux chanoines du couvent Saint-Merri.

  3. De la rue a Bouvetins à la rue Neuve-St.-Mesri.

    Cette rue devint, plus tard, la rue Brisemiche, nom qui avait la même étymologie que celui de la rue précédente.

  4. De la rue de l’Abbéïe du Bec-Helouin à la rue Saint-Martin.

    Elle devait son nom à l’église Saint-Merry.

  5. De la rue de la Verrerie à la rue Nve-St.-Mesri.

    Cette rue devint, plus tard, la rue du Renard, nom qu’elle tenait d’une enseigne.